Des articles

Les Amis du Bus des Femmes – Cependant, ces femmes peuvent personnes prostituées

Les Amis du Bus des Femmes – Cependant, ces femmes peuvent personnes prostituées

Comme chacun le sait, ces travailleurs souvent clandestins reçoivent une rémunération inférieure à celle que le pays d’accueil établit malgré des heures de travail plus longues, n’ont souvent pas accès aux services sociaux et peuvent subir des licenciements arbitraires. Cependant, ces femmes peuvent être confrontées à des dangers bien plus graves puisque de nombreuses fois, pour quitter à tout prix leur pays d’origine, elles sont victimes d’organisations internationales vouées à la traite des femmes et des filles.

Ces criminels, par des tromperies, les aident à émigrer à des fins d’exploitation et de commerce du sexe, de mariages forcés, d’esclavage et de travail forcé Les Amis du Bus des Femmes (comme l’exploitation de femmes chinoises et vietnamiennes comme travail dans des laboratoires clandestins).

Selon les données des personnes prostituées

L’un des principaux moyens par lesquels le crime organisé réitère ce trafic repose sur la stipulation de contrats de dette réelle ou d’obligations d’une autre nature (dans certains cas, l’exploitation des croyances et traditions culturelles, comme dans le cas du ju-ju au Nigéria). Selon les données des Nations Unies, qui ont célébré la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes le 25 novembre de chaque année depuis 2000, le commerce derrière la traite à des fins d’exploitation sexuelle déplace des milliards de dollars chaque année.

  • Bien qu’il soit impossible de donner une cartographie exacte, on estime que chaque année entre 700000 et 900000 personnes (dont environ 20% sont des mineurs, presque toutes les 94% sont des femmes) sont victimes de la traite des personnes prostituées êtres humains qui, selon Données Copasir, c’est le deuxième crime après le trafic de drogue.
  • La traite des femmes peut être classée, selon la zone de destination, en deux types: la traite interne, qui dépend de la demande existant dans son propre pays, où de nombreuses femmes sont transportées par tromperie de leurs villages vers des villes plus développées pour y entrer.

Dans la prostitution ou le travail forcé Les Amis du Bus des Femmes, les services domestiques, l’agriculture et les usines; et le trafic externe. Ce dernier couvre la demande d’un marché international qui, en ce qui concerne l’Amérique latine, à titre d’exemple, a ses principales opérations et points de recrutement au Brésil, au Suriname, en Colombie, en République dominicaine et aux Antilles à envoyer centres de distribution situés en Espagne, Grèce, Allemagne, Belgique, Hollande et Japon.

Selon les données des personnes prostituées

L’une des principales raisons qui favorisent ce commerce criminel des êtres humains est la pauvreté. De nombreuses victimes de ces situations vivent dans des conditions de pauvreté et souffrent d’un manque d’opportunités et de développement. Face à cette situation, elles acceptent souvent d’émigrer dans des conditions de travail très basses personnes prostituées, en subissant une double discrimination: non seulement elles sont exploitées sexuellement, mais une Les Amis du Bus des Femmes fois arrivées dans leur pays de destination, elles doivent aussi endurer le rejet de la société qui les considère comme des prostituées illégales.

Pour cette raison, tout programme qui se propose d’œuvrer à l’éradication de la traite des personnes, et des femmes en particulier, doit avoir la lutte contre la pauvreté comme priorité. D’un point de vue juridique personnes prostituées, il existe de nombreux instruments qui aident au niveau international à lutter contre la traite des personnes et l’exploitation.

Tous les êtres humains naissent

Parmi celles-ci figure la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 qui, à l’article premier, se lit comme suit: “Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits”. L’article 2 souligne que: << Toute personne a droit à tous les droits et libertés énoncés dans Les Amis du Bus des Femmes la présente Déclaration, sans distinction, pour des raisons de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique personnes prostituées ou un autre type, d’origine nationale ou sociale, de richesse, de naissance ou d’un autre statut… “.

L’article 3 précise que: “Toute personne a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne”, tandis que l’article 4 stipule que: “Nul ne peut être tenu en état d’esclavage ou de servitude; l’esclavage et la traite des esclaves seront interdits sous quelque forme que ce soit ». La Convention internationale sur les droits économiques, sociaux et culturels à l’article 6.1 stipule également que: “Les États parties au présent Pacte reconnaissent le droit au travail, ce qui implique le droit de chaque individu d’obtenir la possibilité de gagner sa vie avec un emploi librement choisis et acceptés, et prendra les mesures appropriées pour garantir ce droit “.

S’agissant en particulier des femmes, il y a la Convention des Nations Unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes personnes prostituées (CEDEF) qui, à l’article 6, stipule: << Les États parties doivent prendre toutes les mesures appropriées, y compris des dispositions législatives , pour réprimer toutes les formes de traite des femmes et d’exploitation de la prostitution “.

De même, il convient de rappeler l’obligation Les Amis du Bus des Femmes que la Convention impose aux États parties de garantir et de respecter l’égalité des femmes dans des domaines tels que l’accès à l’éducation, au travail, à la santé, au logement et aux opportunités de développement politique et sociale, reconnaissant que ce sont ces inégalités qui font des femmes les principales victimes de ce crime.

Il ne doit être soumis Les Amis du Bus des Femmes

Avec un accent particulier sur la vulnérabilité des enfants, il existe la Déclaration des Nations Unies sur les droits de l’enfant qui contient divers principes relatifs aux droits et à la protection des mineurs. En particulier, le principe 9 indique que: «l’enfant doit être protégé contre toutes les formes de négligence, de cruauté ou d’exploitation. Il ne doit être soumis à aucune forme de traite… ».

Il ne doit être soumis Les Amis du Bus des FemmesLe Statut de Rome de la Cour pénale internationale, signé en 1998, représente un instrument de protection des droits des femmes et des enfants victimes de la traite lorsqu’il reconnaît, à l’article 7, les crimes contre l’humanité et présente une Les Amis du Bus des Femmes longue liste de faits qui peuvent être considérés comme tels: «Viol, esclavage sexuel, prostitution forcée, grossesse forcée, stérilisation forcée et autres formes de violence sexuelle de gravité similaire».

Cette reconnaissance ouvre la possibilité d’enquêter sur les cas de traite des femmes à des fins d’exploitation sexuelle. Bien que la traite des personnes à d’autres fins ne soit pas expressément incluse dans le Statut, la référence au paragraphe K aux personnes prostituées << autres actes inhumains de caractère similaire visant à causer intentionnellement de grandes souffrances ou des atteintes graves à l’intégrité physique ou à la santé physique ou mentale >> permettrait l’ouverture d’une enquête même si la traite est menée à des fins d’exploitation dans le travail domestique ou pour contracter des mariages forcés.

Leave a Reply

Your email address will not be published.